#onvautmieuxqueça

  • Yvan Lavallée
  • Actualité

9 mars, libéralisme, manif, Macha Meril et congrès du PCF

Que de monde cet après midi à Bordeaux, du milieu du cours d’Albret à la place de la victoire, c’était noir de monde.

Bien sûr #onvautmieuxqueça est-ce un début ? Continuons le combat, on verra, peut-être là se lève ce mouvement populaire tant désiré, la tempête capable de balayer le vieux monde politique français, du PS au FN en passant par la droite classique. Cortège mouillé, les averses ne nous ont guère épargnées, mais que de jeunes, et moins jeunes, lycéens et étudiants certes, mais aussi une tranche d’âge qu’on est content de voir dans les manifs, dont on se demandait si elle avait existé politiquement, les 30-40. Les mots d’ordre au-delà de la seule loi sur le code du travail, portaient plus fondamentalement sur les choix économiques « Les gens avant l’argent » « nos vies c’est pas l’économie » un peu naïfs peut-être, et encore. Me revenait en mémoire cet entretien de la princesse Maria-Magdalena Wladimirovna Gagarina ou autrement dit, Macha Meril sur l’antenne de France-inter le 8 mars dans la soirée. Grande artiste reconvertie dans l’art culinaire qui nous livre là une bouillie idéologique, mais qui laisse poindre une interrogation à laquelle nous ferions bien de prêter l’oreille.

Quand on lui pose la question de savoir si elle soutient, ou non, le rejet de la loi sur le code du travail, elle répond que la France se trouve dans un monde qui a choisi le libéralisme et que donc, faut suivre le mouvement, s’ajuster c’est ça la modernité. Heureusement que les sans culottes de 1789 n’ont pas cru devoir tenir ce genre de résonnement (ce sont les cloches qui résonnent !), eux raisonnaient.

Ceci dit le problème est réel et l’ignorer serait mentir au mouvement populaire et se mentir.

Ces lois régressives, depuis 10 ans sont des lois d’adaptation au système néo-libéral mondialisé (mais pas mondial ) relayé par la commission européenne sous influence du FMI, avec l'aval du ex social-démocratie devenue un social-libéralisme; loi territoriale de liquidation de fait de la nation française pour une Europe des Landers, liquidation du service public, casse de la sécurité sociale, j’en passe et des pires.

Mais le problème est posé, nous communistes ne pouvons, pour être responsables, poser le problème de notre projet, de notre politique, uniquement au niveau de la France, le combat se mène sur 3 niveaux, national, européen n’en déplaise à certains, et là il nous faut réfléchir au rôle passé et à venir du PGE qu’il faut rendre plus opérationnel, ou de tout autre structure d'organisation des luttes et représentation politique à ce niveau, et au niveau mondial, quelles alliances pour faire face tout en sortant de l’OTAN et de l'alliance atlantique, en particulier par exemple aux menées de l'impérialisme US et autres (contre révolution colorées ou pas) ,quelles coordinations avec les peuples en luttes, avec les mouvements révolutionnaires ?

Attention, nul ne peut prédire si un mouvement s’enclenche ces jours-ci, moi pas plus que tout autre, mais il est de notre devoir de communistes d’avoir une vue claire des obstacles à surmonter a minima.

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog